Ah! ah! Monsieur est Persan? C’est une chose bien extraordinaire! Comment peut-on être Persan?

Telle est la question que se pose la bonne société parisienne, surprise d’apprendre que Rica est Persan, alors même qu’il vient d’abandonner la tenue vestimentaire traditionnelle de son pays pour l’habit européen. Le baron de Montesquieu fait paraître ses Lettres Persanes en 1721, à Amsterdam et à Cologne afin d’éviter les foudres de la censure, ...

La photo de neige pour les nuls

On l’a bien remarqué au cours de ces dernières semaines de 2010: la neige tombe en hiver, celui-ci n’a que faire du calendrier grégorien et de ses avatars postaux et solsticiens, et comme le savent très bien les amateurs de ski, la neige,  c’est blanc et ça glisse. Corrélat: la chute de neige est un ...

T’as l’bonjour d’Alfred (Stevens)!

Rendons à César ce qui est à Alain Saint-Ogan. « T’as l’bonjour d’Alfred », c’est la phrase fétiche de Zig et Puce (1925) chaque fois qu’ils viennent de se défaire d’un adversaire, et Alfred, c’est le nom du pingouin qu’ils ont recueilli. Pingouin? Pas si sûr! Alfred en a bien le ventre blanc, mais il arbore fièrement ...

De Caravage à Wright of Derby, histoires de clair-obscur

« Tout envelopper, tout immerger dans un bain d’ombre, y plonger la lumière elle-même, sauf à l’en extraire après pour la faire paraître plus lointaine, plus rayonnante, faire tourner les ondes obscures autour des centres éclairés, les nuancer, les creuser, les épaissir, rendre néanmoins l’obscurité transparente, la demi-obscurité facile à percer, donner enfin, même aux couleurs ...

L’oxymore est-il soluble dans la photographie ?

J’entends d’ici le plaisantin, au fond, qui marmonne : « l’abus d’oxymore tue », mais je n’en ai cure. L’oxymore, ou oxymoron, c’est ὀξύμωρος (oxúmōros – de ὀξύς, «aigu, spirituel, fin» et de μωρός, « niais, stupide ») ; les grecs sont encore dans le coup, mais ils ne connaissaient pas un des plus célèbres oxymores qui soit : le « clair-obscur ». ...

Un fantôme au musée

Belphégor (Baal-Péor), avant de hanter le département d’égyptologie du musée du Louvre[1], est le nom sous lequel le dieu Baal était vénéré par les Moabites sur le mont Péor (ou Phégor). C’était, vous vous en doutez, il y a bien longtemps, et la mauvaise réputation de Baal tient peut-être à la rivalité sans merci qui ...

Mozart, Pajou, Flaubert, Cézanne

Comme « l’habit ne fait pas le moine », le métier de photographe ne fait pas l’artiste. L’histoire de notre art (avec un petit « a ») de photographes le démontre sans ambiguïté : rien de commun entre Youssouf Karsh ou Richard Avedon et le photographe portraitiste de quartier, si ce n’est l’objet de leur ...

La commande publique de sculpture au XVIIIème Siècle

En ces années 1770, la tendance générale, aussi bien en peinture qu’en sculpture, est à favoriser les réalisations historiques et à remettre à l’honneur le passé national. Jusqu’alors très peu relayée par la Couronne, cette vogue est une lame de fond, comme l’est par ailleurs la conception du rapport que doit entretenir le pouvoir avec ...

De la retouche

La retouche est une des danseuses du photographe. Il l’exhibe devant ses meilleurs ennemis, la cache à ses proches qui croient en lui; tour à tour symbole de la maîtrise du métier et maladie honteuse de l’incompétent, manie d’artisan ou méthode de plasticien, la retouche suscite depuis quelques années un regain d’intérêt, sur lequel je ...

De l’Académie

A partir du XVIème siècle, la pensée humaniste conforte les artistes dans leur volonté de s’affranchir des corporations, auxquelles ils sont jusqu’alors tenus d’adhérer pour exercer en toute légalité. De surcroît, les avantages accordés aux artistes ayant travaillé à la cour (par exemple : à la cour de François 1er, voir Ecole de Fontainebleau) suscite ...