Le Point, et un léger doute

le-pointLe journal Le Point (n°1962, 22 avril 2010) fait sa Une avec Claude Allègre. Cette première de couverture est un modèle du genre pour qui voudrait se lancer dans l’analyse. Le sourire de l’ancien ministre, soutenu par le jaune du « Le procès Allègre », est prometteur: on va voir ce qu’on va voir! On remarquera que la couleur jaune est utilisée par des titres qui entrent en collision et provoquent une étrange ambiance: (retraites) LES DIX PLUS GROS MENSONGES, (réchauffement climatique) LE PROCES ALLEGRE, CES (volcans) QUI NOUS MENACENT, (Claude Guéant) PREMIERES FRAYEURS. Si on veut faire bref: mensonge, procès, Allègre, menace, frayeur. Quand je vous dis qu’on va voir ce qu’on va voir! Précision d’usage: les lecteurs d’Avignon ou de La Rochelle ont droit cette semaine à une couv’ spécifique à leur région. Mais la question est ailleurs.

Je ne veux pas ici ouvrir le dossier de L’Imposture climatique, le dernier ouvrage de Claude Allègre. Le pavé fait grand bruit dans la mare écolo-politico-médiatique, mais je n’ai pas de compétences particulières pour en parler; mes seules connaissances dans le domaine de la climatologie et de l’histoire du climat remontent à la lecture d’Histoire du climat depuis l’an mil, dont Emmanuel Le Roy Ladurie fit paraître la première mouture en 1967 (le bouquin est quand même passionnant, et c’est chez Flammarion). Non, c’est avec le portrait du monsieur que j’ai un problème.

Cette photographie est créditée: Frédéric Souloy, Gamma/Eyeda Presse. Si on lance une recherche image sur le net avec le nom du photographe et celui de la personne photographiée, on trouve l’image ci-dessous. C’est une photographie de plateau, le personnage ne prend pas la pose; on remarque le costume anthracite, la chemise bleue, la peau lisse et bien rasée de Claude Allègre:allegre-2Si on lance une recherche d’image avec le seul nom de Claude Allègre, on obtient une soixantaine de résultats, dont le premier est celui ci-dessous:allegre-souloyIl s’agit d’un portrait posé réalisé en studio. Si on compare cette photographie à celle qui fait la Une du Point, les similitudes sautent aux yeux: même fond noir, même éclairage, même chemise rose, même cravate, même costume gris, et même barbe naissante. C’est là, précisément, que j’ai un problème: cette photographie est créditée: Eric Fougère, VIPImage/Corbis. Elle a été réalisée le 4 septembre 2007. Donc, soit:

1) Le Point s’est trompé,
2) Souloy et Fougère ont réalisé des photographies identiques au cours d’une même séance,
3) L’un des deux a copié l’autre,
4) Souloy et Fougère sont la même personne.

Une demie livre de sucettes au caramel à celui (ou celle) qui résout l’énigme!


5 commentaires sur “Le Point, et un léger doute”

  • 1
    Jérémie on 27 avril 2010 Répondre

    Et la réponse est…

  • 2
    Article 4 on 28 avril 2010 Répondre

    Bah! L'intérêt, c'est de mettre le doigt sur le "bug". Ensuite, il faut avoir un peu de temps à perdre pour continuer l'enquête, ce qui m'ennuie un peu. Ma proposition tient toujours, mais elle n'est pas très bonne pour la santé bucco-dentaire.

  • 3
    joel on 28 avril 2010 Répondre

    encore une usurpation d'identité

  • 4
    Fred Souloy on 10 mai 2011 Répondre

    L’explication de cette énigme est très simple, cette photo a été réalisée en studio mobile monté lors d’une émission présentée par Guillaume Durand. Pour la petite histoire, il y a eu 2 shoots, Eric Fougere et moi même avons partagé le studio. Pour ma part j’étais à l’époque salarié de l’Agence GAMMA et Eric était chez CORBIS, donc nous n’étions pas en POOL financier. Ensuite il y a deux facteurs déterminant dans le choix d’un Couv.
    1) L’attitude de la personne photographiée qui permet au magazine de faire son choix et ainsi de coller à l’article.
    2) La puissance de vente de l’Agence, ainsi que la rapidité avec laquelle le sujet est édité et mis en ligne.
    Pour résumer, il y a bien deux Photographes sur le sujet, mais la meilleure photo (selon Le Point) était la mienne. Désolé pour Eric.

  • 5
    Jean Leplant on 10 mai 2011 Répondre

    A quelle adresse dois-je expédier la demie livre de sucettes?
    Merci Fred, du petit détour par ici, et d’avoir pris le temps de nous éclairer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *