Polaroïd Revival

Alors que le cas « Polaroïd » a déjà été abordé ici à la faveur d’un hors-sujet, je remets le couvert en signalant à la sagacité de mes lecteurs téléphages le documentaire Polaroïd, Instants magiques (Viktor Stauder, Allemagne, 2010, ZDF, 52 mn), diffusé par Arte le 23 décembre dernier.

Puisque les rediffusions auront lieu à 5h du matin, et que ce n’est pas une heure à mettre un photographe devant son téléviseur, on trouvera la chose directement ci-dessous, ou sur le site d’Arte.

Le film est à la fois un plaidoyer pour le Polaroïd et un effort promotionnel pour l’Impossible project qui tente de relancer une partie de la production de films instantanés « façon Pola ». Mais entre les lignes et quelques découvertes (la boutique de Peter Coeln à Vienne, une prise de vue en studio avec le fameux Polaroïd 50×60, entre autres), on prend conscience du désir de liberté photographique de certains auteurs, liberté brimée par le tout-numérique, dont le Polaroïd deviendrait l’antithétique et symbolique adversaire.


7 commentaires sur “Polaroïd Revival”

  • 1
    Jeremie on 29 décembre 2010 Répondre

    Je ne savais pas qu’Arte diffusait des films institutionnels.
    Quoi qu’il en soit j’ai trouvé le parallèle polaroïd solarisation assez intéressant. L’évocation de Man Ray est elle, selon vous, un clin d’oeil à William Wegman qui photographia énormément son chien « Man Ray » au Pola?

    • 2
      Jean Leplant on 29 décembre 2010 Répondre

      Je n’avais pas entendu les choses ainsi. Il me semble qu’il est fait mention de la solarisation au moment du film où la comparaison argentique /numérique s’intensifie, avec des points de vue sur l’expérimentation, que permet justement l’argentique: avec ce dernier, on ne maîtriserait pas tout, tout le temps, et l’incertitude du résultat ferait partie du jeu (la joie de la surprise, en quelque sorte).
      Pour ce qui concerne Wegman et Man Ray, je penche davantage vers une certaine « parenté »: encyclopédisme de l’œuvre et dérision.

      • 3
        Jeremie on 3 janvier 2011 Répondre

        Le Pola is back mais le Kodachrome tire définitivement sa révérence. Les dernières pellicules devaient être envoyées au Labo avant le 31 décembre 2010. Pour source gizmodo.fr qui n’hésite pas à affirmer que

        . Ce n’est visiblement pas l’avis des gens d’Impossible, et de bien d’autres. On n’a pas finis de l’enterrer l’argentique…

  • 4
    Jean Leplant on 4 janvier 2011 Répondre

    L’article du NYTimes qui fait le point sur la fin (annoncée) du Kodachrome est à l’adresse: http://www.nytimes.com/2010/12/30/us/30film.html?_r=1. Il faut noter que le site Gizmodo.fr évoque la question avec quelques imprécisions:
    – Cette émulsion a été massivement utilisée par les amateurs du monde entier (au moins jusqu’à l’apparition du traitement E6 pour l’Ektachrome),
    – C’est en 2009 que Kodak a cessé d’émulsionner ce film (ce qui explique la date de péremption « décembre 2010 »),
    – La chaîne de traitement de « Dwayne’s Photo » s’est arrêtée jeudi 30 décembre.

    Par ailleurs, le cas spécifique du Kodachrome pourrait être abordé:
    – Dans le cadre de nos réflexions sur photographie et réalité,
    – A l’aune d’une étude des décisions commerciales et technologiques de la divison photo de Kodak sur la période 1980-2000 (un corpus étonnant!).

    • 5
      Jeremie on 4 janvier 2011 Répondre

      Désolé pour l’ incompréhensible de mon précédent message due à, j’imagine, ma mauvaise utilisation des balises html ( quelle balise pour liens? ).
      Quoi qu’il en soit le sujet était bien le Kodachrome et le fait que Gizmodo raconte des cochoncetés sur le sujet!

  • 6
    joel on 5 janvier 2011 Répondre

    pour les nostalgiques de kodachrome, un revival:http://www.youtube.com/watch?v=3hSXKjHDKkY, ça ne me rajeunit pas. Inventé dans les années 36 ‘ de mémoire) par Mannes et Godowsky

  • 7
    Jérémie on 24 décembre 2012 Répondre

    Deux ans plus tard:
    http://www.rue89.com/rue89-eco/2012/08/17/le-polaroid-photo-nostalgique-dont-la-magie-les-enterrera-tous-233048
    « L’image numérique est neutre, pas très belle. Pour en faire quelque chose d’aussi riche que l’argentique, il faut s’y connaître en postproduction.

    Du coup, on a une génération un peu conservatrice qui se tourne vers l’argentique, le sténopé, le Pola. »

    Pendant ce temps l’Instagram est dans la tourmente:
    http://www.photofloue.net/2012/12/18/bye-bye-instagram/

    En vous souhaitant une plaisante fin de monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *